Lu en mai 2007

arton601

"Un monstre rôde dans les brumes victorienne de Londres. Il a piétiné une fillette, tué un député et boxé une marchande d'allumettes. c'est un petit homme difforme et mal habillé, qui inspire à tous ceux qui l'on vu des sentiments mélés de répulsion, de crainet et de haine. A quoi, à qui ressemble-t-il ? Pourquoi les témoins oculaires de ses méfaits sont-ils incapable de décrire Mr Hyde ? Pourquoi Mr Utterson, le notaire du Dr Jekyll, est-il hanté par le testament de son client, au point de faire des cauchemars ? Pourquoi se lance-t-il sur la piste de Hyde, dans une partie de cache-cache funeste aux dimensions d'une ville-labyrinthe ? quel lien, en définitive, unit le Dr Jekyll à Mr Hyde ?

Issu d'un cauchemar de son auteur, et salué dès sa parution par Henry James comme un "chef-d'oeuvre de concision", ce roman policier en trompe l'oeil, dont les récits imbriqués débouchent sur un conte fantastique, réserve une surprise de taille au lecteur, et comporte de nombreuses zones d'ombre. Dès 1886, Stevenson plonge dans les profondeur déformante du miroir de l'âme humaine jusqu'au racine de l'inconscient."

_________

    Excellente nouvelle écrite en 1886 par ce cher écrivain écossais et voyageur Robert Louis Stevenson. L'histoire se déroule aux XIX siècles à Londres. Charles Utterson, un notaire, enquête sur un étrange lien qui semble rapprocher son ami Henry Jekyll et un mystérieux jeune homme Edward Hyde. Véritable oeuvre de la littérature d'épouvante, on se retrouve plongé dans les méandres du subconscient et du dédoublement de personnalité. En effet tout au long du récit, on assiste à la révélation des personnalités antagonistes de chacun des deux personnages. Le Dr Jekyll, homme philanthrope étant célèbre dans le beau milieu de Londres et le fameux Mister Hyde, homme abominable, réputé pour ses crimes sordides. Je n'en révélerai pas davantage à par que la conclusion scientifique est exquise...

Une nouvelle à lire, pleine de mystères et de révélations sur nos âmes.
Stevenson était vraiment un auteur fabuleux!

Extrait de la nouvelle, parole du Dr Jekyll:
"Et de fait, le pire de mes défauts était cette vive propension à la joie qui fait le bonheur de beaucoup, mais que je trouvais difficile de concilier avec mon désir impérieux de porter la tête haute, et de revêtir en public une mine plus grave que le commun des mortels. Il résulta de là, que je ne me livrai au plaisir qu’en secret, et lorsque j’atteignis l’âge de la réflexion, et commençai à regarder autour de moi et à me rendre compte de mes progrès et de ma situation dans le monde, je me trouvais déjà réduit à une profonde dualité d’existence. Plus d’un homme aurait tourné en plaisanterie les licences dont je me rendais coupable ; mais des hauteurs idéales que je m’étais assignées, je les considérais et les dissimulais avec un sentiment de honte Presque maladif. Ce fut donc le caractère tyrannique de mes aspirations, bien plutôt que des vices particulièrement dépravés, qui me fit ce que je devins, et, par une coupure plus tranchée que chez la majorité des hommes, sépara en moi ces domaines du bien et du mal où se répartit et dont se compose la double nature de l’homme."

Avis écrit le 24 août 2007 sur Mental Fluids   
Carmilla