lieu

Présentation de l'éditeur:
" - Bien, dit Clyde-Fox en se rechaussant. Sale histoire. Faites votre job, Radstock, allez voir ça. C'est un tas de vieilles chaussures posées sur le trottoir. Préparez votre âme. Il y en a une vingtaine peut-être, vous ne pouvez pas les manquer.
- Ce n'est pas mon job, Clyde-Fox.
Bien sûr que si. Elles sont alignées avec soin, les pointes dirigées vers le cimetière. Je vous parle évidemment de la vieille grille principale.
- Le vieux cimetière est surveillé la nuit. Fermé pour les hommes et pour les chaussures des hommes.
- Eh bien elles veulent entrer tout de même, et toute leur attitude est très déplaisante. Allez les regarder, faites votre job.
- Clyde-Fox, je me fous que vos vieilles chaussures veuillent entrer là-dedans.
- Vous avez tort, Radstock. Parce qu'il y a les pieds dedans.
Il y eut un silence, une onde de choc désagréable. Une petite plainte sortit de la gorge d'Estalère, Danglard serra les bras. Adamsberg arrêta sa marche et leva la tête. "

"Adamsberg part pour trois jours de colloque à Londres. Estalère, le jeune brigadier, et Danglard - terrorisé à l’idée de passer sous la Manche - sont du voyage. Tout devait se passer de manière aérienne et décontractée, mais un événement macabre alerte leur collègue de New Scotland Yard, Radstock. Clyde-Fox, un original local, lui parle du vieux cimetière de Highgate. Des chaussures - avec des pieds dedans - font face au cimetière, « un des cimetières romantiques les plus baroques de l’Occident », un lieu macabre, gothique, unique. Tandis que l’enquête anglaise commence, les français rentrent au pays, et se retrouvent confronté à un horrible massacre dans un pavillon de banlieue. De fil en aiguille, Adamsberg, avec l’aide de Danglard, remonte une piste de vampires, et de tueurs de vampires, jusqu’en Serbie. " Fnac

       C'est par ce roman que je découvre Fred Vargas. L'intrigue ne m'a pas tellement plu, je l'ai trouvé tirée par les cheveux.  Cependant, je suis totalement tombée sous le charme de ses personnages complètement déjantés dans leur manière d'être et de penser. Du coup, pour ne pas rester sur cette frustration je me suis lancée dans L'homme à l'envers, centré sur le loup... Garou!!

Présentation de la Fnac:
"untitledL'action de ce "rom. pol." de Fred Vargas (qui préfère cette abréviation) se situe dans les Alpes. Protégés, surveillés, les loups dans la réserve des Abruzzes prospèrent, passent les frontières et font des dégâts. Des brebis sont égorgées et les paysans commencent à gronder. On retrouve de plus en plus de bétail tué et l'affaire commence à prendre une ampleur nationale. Le commissaire Jean-Baptiste Adamberg, à Paris, est mis au courant par les informations télévisées qu'il regarde fasciné par ses propres souvenirs d'enfance pyrénéenne. Entre folklore et fantasme, les rumeurs les plus improbables circulent. Puis c'est Suzanne Rosselin une fermière, figure locale du village de Saint-Victor-du-Mont que l'on retrouve égorgée, indéniablement par un loup. Les battues organisées dans le coin se transforment en une chasse au loup-garou. Le problème se fait épineux et l'angoisse monte. Lawrence Donald Johnstone, un robuste et silencieux canadien, spécialiste des grizzlis, a été envoyé dans la région quelques mois auparavant pour réaliser un film sur les loups. Peu convaincu au départ, il s'est laissé séduire, par ces animaux, par l'arrière pays méditerranéen et par une femme surtout, Camille Forestier, la fille de l'inoubliable océanologue de L'Homme aux cercles bleus (un précédent roman de Fred Vargas), qui s'est posée dans la région où elle compose de la musique et fait de la plomberie. Lawrence est l'un des plus fervents défenseurs des loups que tous les habitants de la région souhaiteraient voir morts. Dans ce roman, on retrouve le commissaire rêveur et amoureux de L'Homme aux cercles bleus ainsi que sa "petite chérie" mais par-dessus tout, le lecteur renoue avec l'univers personnel et la voix singulière de Fred Vargas. La qualité de l'intrigue est servie par un style remarquable et par un humour décalé qui roman après roman fait les mêmes ravages." Fnac

       Je suis bien d'accord avec la dernière phrase de cette critique de L'homme à l'envers ^^'
Après ma frustration d'Un Lieu Incertain, cette fois je suis comblée! Retrouver Adamsberg et son tourbillon émotionnel fut un véritable plaisir. De plus j'ai pu rencontré un personnage important dans les intrigues de Fred Vargas, Camille. Et là, quelle ne fut pas mon hilarité quand en plus d'avoir des similitudes de caractères et de prénom avec elle, j'apprend que la demoiselle porte des bottes en été. Oui, bon ce n'est drôle que pour moi, mais c'est une pratique par laquelle mon entourage m'a toujours qualifié ^^
Bref, je dirais que ce roman est un véritable coup de coeur  et offre une intrigue et des persos très captivants!